• Muteur:

    melodilou

  • août 2019
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • folle1.jpg

    folle1.jpg

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Y croire!!!!

Posté par melodilou le 21 octobre 2011

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Chère maman.

Posté par melodilou le 6 octobre 2011

Chère maman,

C’est une lettre que dans l’absolue je t’aurai envoyé, mais comme tu ne fait plus partie du monde des mortels, j’ai décidé de te l’écrire virtuellement via mon PC.

Peut-être que cela me fera du bien de te dire se que j’ai sur le coeur même si je sais que tu ne la liras pas. Par ou commencer, il y tellement de choses à dire et à redire.

Ce que j’aimerais t’avoir à mes cotés en ce moment pour que tu puisses m’épauler et en même temps si tu été là je ne serais pas dans cette état psychologique.

Ma vie est une montagne russe, aujourd’hui je suis bien, je ris, je sort, je profite. Demain je suis mal, je pleure, je suis crevé, j’en ai marre.

Honnetement je n’en peux plus de cette situation à laquelle je n’arrive pas à mettre fin. C’est lourd, difficile à gérer. Je ne veux pas que D et les petits bouts patissent de mes angoisses, alors je me contient, je retiens mes larmes, mais j’ai envie d’exploser. J’ai la sensation d’être une bouteille de soda qu’on aurait secouer mais à qui l’on refuse d’enlever le bouchon. J’ai envie d’exploser, de tout lacher. Comme si quelque chose voulait sortir de moi sans y arriver. Bisarre sensation!!!!!

Souvent je me pose la question si tu aurais approuvé mon mariage avec D. La différence de culture, la différence de religion aurait peut-être influencé ton jugement. Mais en le connaisant tu aurais compris que c’est quelqu’un de bien.

Tu sais si j’ai décider de changer de religion c’est parceque je l’ai voulu non pas parcequ’on ma la demander comme mes frères peuvent le croire. Je l’ai fait de mon plein gré, j’en suis heureuse.

Ton décé a laissé un traumatisme tel une plaie béante, mais je n’arrive pas à cicatriser, j’éssaie mais tu me hante. Pourquoi??? Je t’en ai tellement voulu de ne pas t’être battue et j’ai beaucoup culpabiliser de t’en vouloir. J’aimerais oublié, laissé se passé que je traine comme un boulet, comme un fardau, l’oublier pour pouvoir aller de l’avant.

On ne construis pas l’avenir avec le passé….

J’ai cette peur constente qu’il m’arrive quelque chose de grave, une maladie qui pourrais me tuer. J’ai peur de la mort, j’ai peur de mourir et de laisser mes bébés comme tu nous as laissé il y a 24 ans. Ca ne ma quitte plus, le jour, la nuit, le soir, le matin….. A la moindre douleur, je me dit ça y ‘est je vais mourir, c’est la fin. J’ai tellement peur de mourir, que j’écris dans un cahier pour mes enfants, pour qu’ils sachent tout se que tu ne nous a pas dit, tout l’amour que j’ai pour eux, et la grandeur de cette amour. Je leur parle, je leur dit ce que je ressent, je leur dit que serais toujours fière d’eux quoiqu’il arrive et quoiqu’ils decident de faire dans la vie ou d’entreprendrent.

Je les aimes tellement fort!!!! Ils sont ma priorité, mon élément, ma positivité et ma force pour avancer.

Souvent je leur montre tes photos, je leur dit que tu es leur grand-mère, je ne veux pas que tu tombe dans l’oublie et pourtant je veux oublié. Ce n’est pas toi que je veux oublié, c’est toute cette souffrance que tu as laisser en moi.

Je t’aime maman, tu me manques tellement, il y a des moments dan sune vie de femme ou on aimerais avoir sa maman à ses cotés. Les naissances, le mariage, les moments difficiles. Malheureusement je suis seule, et je me sent désèpérément seule. Je suis entouré mais seule….

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Posté par melodilou le 2 octobre 2011

C’est la lumière ou le noir,

L’amour ou la gloire,

La defaite, la victoire,

Soit tu gagnes, soit tu foire,

Je veux juste m’évader

M’enfuir de se cauchemar

J’veux pas râter ma vie,

Râter mon train, toucher l’infini,

Comme si je mourrais demain

Je veux pas que tu m’oublie

Au comptoir des chagrins.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Mini-elle

Posté par melodilou le 2 octobre 2011

Nous ressemblons forcément à nos parents puisque c’est eux qui nous ont fait et puisque c’est eux qui nous ont élevé. En théorie ce sont les parents qui nous on élevé, en pratique et pour ma part c’est plutôt mamie et tatas qui ont fait le boulot de mon père. Et heureusement car déja que nous en avons fait une partie seul, nous élevez, si nous n’avions pas eu mamie et tatas, je me demande bien se que nous serions devenue.

Quand je parle, ou quand j’éduque mes enfants, je crois parfois entendre mes tantes ou ma grand-mère parler. C’est là que je prend conscience de l’importance de l’éducation et de la politesse. Dans un sens je leur ressemble un peu. Mais ça ne me pose pas de soucis.

Depuis que je suis petite, j’enttend ma famille, mon père, mes grand-parents paternelle et maternelle, et aussi mes tantes me dirent que je ressemble  ma mère. Forcément, c’est ma mère……

Au début ça ne me géner pas, j’en était contente, et fière.

Mais à force et vu l’état psychologique dans le lequel je me trouve, je ne veux plus entendre les « ohhh comme tu ressemble à ta mère », « tu as les manières de ta mère », « tu as le caractère de ta mère ». Non pas que je ne soit plus fière bien au contraire, mais j’ai besoin d’être moi, de vivre ma vie, et dans le présent. J’ai l’impression actuellement que mon passé est un boulet que je traine accroché à ma cheville et qui freine ma progression dans la vie.  Je n’avance pas, je stagne, je suis mal et bien sur malgré mais éffort je n’arrive pas à aller mieux.

Je veux être moi, seulement moi, élodie… Je ne veux plus être le mini-elle, je veux pas….

C’est les montagnes russes, par moment je vais bien, sans douleur et mon état psychologique est bon; et le lendemain je me sent mal, oprréssée, avec des douleurs dans la poitrine qui à chaque fois me font coire à la crise cardiaque, je suis d’une humeur massacrante. Je n’en peu plus d’être comme ça!!!!! C’est dur.

Faut il que je recommence une psychothérapie et que je creuse plus, que je ressorte encore tout ses vieux dossiers que j’aimerais brûlé une bonne fois pour toute. Déja il faut trouvé le bon psy qui vous fasse avancé et ça c’est pas gagné.

La phobie, pour ma part celle de la mort, est une addiction, une dépendance affective, du faite que j’ai manqué de l’affection de ma mère. Avoir peur de la mort c’est avoir peur de la vie…..

Mais moi je veux vivre et me battre la ou elle ne sait pas battue……

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

éssaie n°2

Posté par melodilou le 27 septembre 2011

Aujourd’hui, deuxième séance d’acupuncture. Plus longue, plus douloureuse aussi. Il faut vraiment que j’aprenne à me détendre. C’est dur, quand on ne s’ocupe que des autres, de se dire que maintenant il faut s’occuper de soi, une bonne fois pour toute.

Elle m’a planter plein d’aiguilles cette fois-ci. (L’acupunctrice évidemment, c’est une madame). J’en avais dans la tête, les mains, la nuque, le dos. Un peu plus douloureux, mais il faut ouvrir ses chakras, c’est ce qu’elle m’a dit….. Comment on fait déja pour ouvrir ses chakras??????

Bisarrement cette fois je ne suis pas ressorti avec cette sensation de plénitude, de zenitude, non moins strésser et moins angoisser mais pas autant prononcer que le dernière fois. A voir avec les prochaines séances….

Je vais m’éssayer à la réfléxologie plantaire, qu’est ce que je suis prête à faire pour aller mieux et retrouver mon vrai moi, sans anguoisses ni stress, sans symptômes  la con…..

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

parano….

Posté par melodilou le 18 septembre 2011

Pourquoi alors que je suis, à prioris, en bonne santé, éxamen et bilan à l’appuie, je me trouve des pseudos symptômes et maladies quelconques.

Pourquoi vouloir à tout prix avoir quleque chose alors qu’on a rien.

Petites douleurs font mon stress au quotidien, je me trouve même des boules qui je pense ne sont en faite rien.

Finalement la seule maladie que j’ai vraiment c’est ma parano d’avoir quelque chose de grave, style tumeur, cancer et crise cardiaque.

Comment y remèdier, comment arrêter de penser au faite que je puisse avoir un truc.

J’éssaie de me dire que de toute façon si je devais avoir quelque chose je ne pourrais rien y faire de toute façon. Si c’est mon destin de mourir d’une crise cardiaque ou de devoir me battre contre un cancer, alors tant pis, pourquoi me strésser!!!!!

Je voudrais vivre et profiter sans avoir cette arrière pensée qui me dit que mon bonheur va forcément s’en suivre d’un malheur. Je n’y arrive pas. C’est pas faute de lutter et de le vouloir.

Qu’est ce qui ma traumatiser au point de croire que forcément je vais mourir d’une crise cardiaque et ou d’un cancer.

J’ésaie de profiter au maximum des meilleurs moments avec mes enfants et mon mari mais c’est difficile. Je ne peux m’empécher de me dire que si je devais partir, je ne pourrais plus être la pour profiter de ces moments de bonheurs avec eux.

Aprés tout lorsque qu’on est mort; on est mort. Pourquoi s’inquiéter de se qui pourrais arriver aprés votre départ puisque vous ne serez plus là!!!! Moi  c’est ma grande peur de savoir ce qu’il va arriver à mes bébés, est ce que mon mari sera à la hauteur pour les élever sans moi. Sera t-il présent pour eux??? Je ne veux pas qu’ils soient malheureux.

Toutes ses angoisses, je les doit à mon père, qui n’a pas joué son rôle comme il le devais, à ma mère qui est décédée et qui a laisser des enfants livrées à eux mêmes. Voilà d’ou vient mon angoisse. Pourquoi mon mari reproduirais la même chose, pourquoi je devrais partir si tôt.

Nous sommes tous déstiné à quitter se bas monde tôt ou tard mais pour ma part je préfèreré le plus tard possible, si possible.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

essaie N°1

Posté par melodilou le 17 septembre 2011

J’ai beau essayé, je n’y arrive pas. L’angoisse me submerge à la moindre occasion. Je viens de commencer l’acupuncture.

Première séance géniale, quoique un peu douloureuse étant donné mon niveau de tension musculaire. Mais éssaie est satisfaisant. Je sort, ravie, comme sur un nuage, flottant, sereine, et apaiser, chose qu’il ne méttais pas arrivée depuis trés longtemps. J’avais l’impression d’avoir été droguée. J’étais zen.

Bien sur, le moment détente à été de courte durée, allez trois jours plus tard, angoisses et symptômes à la con reviennent aux gallops….. Je me dit « putain jamais ça va s’arrêter???? »

J’en peu plus de ses sensations à  la con, cette frayeur constante qu’il va m’arriver quelque chose de grave dans les trente seconde qui arrive. Cette peur d’une éventuelle crise cardiaque qui n’arrive jamais évidemment!!!! Et puis le jour où tu l’aura, ben tu l’auras pas volé, avec toutes ses frayeurs que tu te fait ma pauvre, un jour tu vas en faire une pour de vrai…..

Je voudrais juste redevenir moi, une jeune femme qui aime la vie, qui arrive à gérer ses angoisses.

Pour courronner le tout, bébé n°4 tarde à venir, je n’y arrive pas, je ne comprend pas. Aprés tout, c’est peu être un signe que ce n’est pas le bon moment. Je ne mérite peut être pas ce quatrième enfant.

Donc je décide, une fois de plus, je dirais peut être pour la cent millième fois, d’attendre et de remmettre à plus tard la conception bébé et de faire quelque chose de plus ludique et bénéfique. J’ai décidé de me mettre au régime pour perdre mes 20 kilos en trop qui font que je suis en « obésité modérée ». Tiens donc pour la huit-cent cinqante millionnième je prend l’initiative de faire un régime. Mort de rire.

Et pourtant, au fond de moi, je sais que cela me ferais du bien, perdre 20 kilos. J’angoisserais moins. Obésité= risque accrue d’arrêt cardiaque.  Forcément ça donne envie. Conception d’un bébé n° 4 plus facile je pense, fatigue moins intense et surement oui surement meilleure confiance en soi et meilleur bien être physique. Ne nous voilons pas la face, être gros ça ne facilite pas la vie, même si je suis assez active, je voudrais l’être encore plus. Pour mes enfants, pour mon mari et pour moi surtout.

Bon rigolons encore un peu, on en reparle au prochaine épisode pour voir si j’ai perdue un gramme ou si j’ai continué à me goinfer de chocolat noir comme une grosse vache.

Essaie N° 1 : « VALIDEE »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Se cacher pour pleurer….

Posté par melodilou le 2 septembre 2011

Un homme doit il se cacher pour pleurer??

Ne te cache pas, je suis là.

Je suis l’épaule pour pleurer, pour te consoler.

Je voudrais avoir une baguette magique et te rendre se que tu as perdu.

La frustration m’envahit quand je vois à quel point tu souffre.

Je ne peux rien faire de plus pour te soulager.

Les mots n’appaisent pas ta douleur, les gestes non plus.

Je suis impuissante face à ton chagrin.

Je connais cette souffrance, je l’ai vécu moi aussi, différemment certe, mais il n’y a pas d’âge pour souffir de la perte d’un être cher.

Tu es là sans vraiment y être.

Tes pensées sont lointaine.

Le temps estompera ta douleur.

Je souffre car tu souffre, je pleure car tu pleure..

Mon coeur saigne, il sait que tu as perdu une partie de toi.

Je t’aime.

Ne te cache pas, je sais que tu es mal.

Pose ta tête sur mon épaule et pleure comme un enfant.

 Je te caresserais les cheveux et te dirais des mots simples pour t’apaiser.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Cher Hbibi.

Posté par melodilou le 15 août 2011

C’est un dernier courrier que je vous adresse, vous le lirez de la haut, assis sur votre nuage entourai d’ange.

J’éspère que vous êtes bien maintenant, je sais que vous ne souffrez plus. Ils ont fait tout leur possible pour arriver à temps pour vous voir et vous parler une dernière fois de votre vivant, mais vous avez cessez de vous battre en sachant qu’ils étaient là, tout prés.

Je regrette de ne pas avoir était présente pour vous dire un dernier aurevoir. Je vous ai vu de votre vivant pour les vacances. Au moment du départ et de nos aurevoir, je savais que se serais le dernier.

Vous allez tellement nous manquer. Nos vacances ne seront jamais plus les mêmes, notre vies ne sera jamais plus la même.

Il éssaie de me parler de vous, je vois bien qu’il se cache pour pleurer. Je sais bien qu’il est triste et je ne sais pas comment le soulager. Vous êtes dans toutes les discutions. On rit, on pleure, on se rapelle les bons souvenirs. Vous nous manquer déja.

Je sais que vous êtes bien entouré la haut. Vous avez déja votre place au paradis, vous la mérité. Vous êtes un homme formidable, sincère et généreux. Droit et accueillant. Merci d’avoir fait de votre fils l’homme qu’il est aujourd’hui, vous pouvez en être fière.

Merci de m’avoir accueilli dans votre maiuson et dans votre famille au même titre que vos propres filles.

Veillez sur nous et sur vos petits enfants de la ou vous êtes.

Je doit me faire une raison et me dire que vous êtes réèllement parti,  c’est difficile. J’éssaie de tenir le cap, pour ne pas que votre fils perde pieds, mais j’ai du mal je vous l’avoue. Maintenant vous savez que je suis torturé par la perte de ma mère et que je fait la forte. Derrière tout mes sourires se cachent une douleur que je n’arrive pas à surmonter.

Votre décés a ébranlé un peu plus mon chateau de carte…..

Merci pour tout ce que vous nous avez apporté, je ne vous oublierais jamais. J’aurais aimé que mon papa vous ressemble.

Bon voyage. Tendrement.

Elodie.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

beau papa

Posté par melodilou le 15 août 2011

Ce post est dédié à mon beau père qui nous a quitter il y a moins de quinze jours. C’était un homme généreux et bon. Il aimait tout le monde et tout le monde l’aimait. Il a laissé un grand vide dans nos vies. Il va nous manquer.

Mon mari est triste, vide, malheureux. Je suis là, impuissante, à le regarder sans pouvoir faire quoi que se soit. Je souffre moi aussi, car j’aprécier beaucoup mon beau-père mais je souffre surtout de voir mon mari comme ça. Il a perdu une partie de lui, un morceau de sa vie et pour l’avoir vécu avant lui je sais que ça fait mal.

Que l’on perde un parent à 5 ans ou à 35 ans, le douleur est la même, la tristesse est grande. On fait se que l’on peux pour oublier, juste un infime instant notre douleur. Mais cela ne sert à rien, le douleur reste et est bien là, présente.

Elle s’estompe avec le temps, elle disparaît? Je ne croit pas, elle devient moins intense voilà tout, mais elle est quand même là.

Mon mari est là mais absent, je tente de communiquer mais c’est difficile. Je me sent si impuissante et si frustré de ne pas pouvoir l’aider aussi bien que je le voudrais. J’ai besoin d’être rassuré, de passer du temps avec lui, de le voir. Lui est plutôt présent dans sa famille, ce qui est assez normale étant donné les circonstance, je ne lui en tiens pas rigueur. Tout passera avec le temps. Je l’aime tant. Avant cette évènement malheureux, on avait décidé de faire un quatrième et dernier enfant. Aujourd’hui j’attend de savoir si bébé vie à l’intérieur de moi. Si c’est le cas, je ne sais pas comment je vais faire pour le lui dire, ce n’ai visiblement pas le bon moment. Je vais attendre. Mais cet enfant, on a pris la décision à deux de le faire, je ne veux pas être seule à le désiré.

La mort est présente partout, ici ou là. Quand c’est notre heure, on part aussi vite que l’on est arrivé. Dieu a engendré la vie, Il la reprend.

J’ai peur de mourir, je veux vivre encore, je veux profité encore.

La mort d’un proche fait remonter à la surface des mauvais souvenirs et vous montre qu’au final vous n’êtes rien ici bas. Mes angoisses sont encore plus actives en ce moment, elles se nourissent de la situation et de mon état psycologique faible. Je suis crevé aussi physiquement, c’est Ramadan, je n’arrive plus à suivre. Je dort quasiment pas, je n’ai aucune force. Une épreuve de plus à surmonter, je me dit que j’en sortirais que plus forte.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1234
 

Ce que j'en pense |
I'm Still Alive , And I Wan... |
je veux MAIGRIR! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le ''Chambergien'' ou Chamb...
| Pocket-Freud
| loladulot